jeudi 10 mai 2012

Einstein, imposteur ?

À qui attribuer la paternité de la théorie de la relativité restreinte ? Si aujourd’hui encore Einstein en est considéré comme le seul père, c’est qu’en 1905, il publie dans la prestigieuse revue allemande Annalen der Physik quatre articles majeurs qui retiennent toute l’attention du monde scientifique. Deux d’entre eux sont liés : datés du 30 juin et du 27 septembre 1905, ils formulent la théorie de la relativité restreinte telle qu’on l’entend aujourd’hui, théorie fondée sur les travaux de Lorentz et du mathématicien français Henri Poincaré, très occultés.
En effet, dans ses publications de 1905, Einstein ne fait aucune référence aux articles de Poincaré qui pourtant a largement contribué à bâtir la théorie. En 1900, il a publié un article dans lequel il a établi l’équivalence masse-énergie, soit, m = E/c2. Cette formule, mieux connue sous la forme E = mc2, qui fait partie intégrante de la relativité restreinte, n’est donc pas attribuable au seul Einstein. De plus, le 5 juin 1905, devant l'Académie des Sciences à Paris, Poincaré a complété les transformations de Lorentz et a prouvé l'invariance des équations de Maxwell dans une note de 5 pages, Sur la dynamique de l’électron, développée quelques semaines plus tard en un mémoire de 50 pages publié le 23 juillet. Par là, Poincaré arrive sensiblement aux mêmes conclusions qu’Einstein, mais avec deux mois d’avance.
En 1905, Einstein a 26 ans, et les relations franco-allemandes sont sous tension. Un élément qui peut expliquer son geste ? Plus encore, ni l’éditeur des Annalen der Physik, Paul Drude, ni son éditeur adjoint Max Planc ne pouvaient ignorer les travaux du français Poincaré et un tel article n’aurait jamais dû être publié tel quel. Et quand on sait qu’Einstein était le poulain de Max Planck, on peut penser qu’il y a eu complicité. Lors de la parution de sa publication, il ne cache pas son soutien au jeune Einstein : « En audace ce principe dépasse probablement tout ce qui a été conçu dans la science naturelle spéculative. Ce principe a apporté une révolution dans notre image physique du monde qui, en étendue et profondeur, peut être seulement comparée à celle qui fut introduite par le système copernicien du monde ». Les éditeurs sont avec Einstein les coauteurs de cette malhonnêteté intellectuelle.
Mais pourquoi aucune rectification n’a-t-elle été apportée ensuite ? Dans son article lapidaire, « Einstein le plagiaire du siècle », Richard Moody dénonce une véritable conspiration du silence. Il s’appuie sur des citations de plusieurs scientifiques dont celle de G. Burniston Brown (1967) : « On s'apercevra que, contrairement à la croyance populaire, Einstein n'a joué qu'un rôle mineur dans la définition de la formule usuelle de la relativité restreinte, que Whittaker a appelé la théorie de la relativité de Poincaré et de Lorentz ».
Edmund Whittaker, mathématicien et historien des sciences britannique, est le premier semble-t-il à attaquer Einstein dans son ouvrage Histoire des théories de l'éther et de l'électricité : il intitule le chapitre 2 du tome II, paru en 1953, « La théorie de la relativité de Poincaré et Lorentz », en précisant page 40, qu'en 1905, « Einstein a publié un article qui exposait la théorie de la relativité de Poincaré et Lorentz, avec quelques développements ». Whittaker crédite également Henri Poincaré pour la formule E = mc².
Peu d’organes de presse ont parlé des ces révélations. Cependant, Le Nouvel Observateur, dans son article « Il n’a pas inventé le concept d’espace-temps, Einstein plagiaire ? » publié en août 2004, nous présente Jean Hladik, physicien et auteur du livre Comment le jeune et ambitieux Einstein s’est approprié la relativité restreinte de Poincaré. Il affirme qu’Einstein « n’apporte rien de nouveau » et que Poincaré est « bien meilleur qu’Einstein ».
« Aujourd'hui, il faut se rendre à l'évidence, écrit Claude Allègre : Einstein n'a pas inventé la théorie de la relativité (restreinte). Le premier découvreur de cette théorie fut un Français : Henri Poincaré. La physique mondiale sait cela depuis que le Britannique Edmund Whittaker l'a dit, mais peu de scientifiques compétents ont voulu s'assurer de la véracité de ce fait. Personne n'osait s'interroger sur les mérites du génie absolu. La physique moderne avait sacralisé Einstein. »
Einstein réaffirme pourtant en 1946 qu’il n’avait pas connaissance des travaux ni Lorentz, ni de Poincaré : « Il est hors de doute que si l’on jette un coup d’œil rétrospectif sur son évolution, la théorie de la relativité était mûre en 1905. Lorentz avait déjà découvert, par l’analyse des équations de Maxwell, la transformation qui porte son nom. De son côté, Henri Poincaré a pénétré plus profondément dans la nature de ces relations. Quant à moi, je n’avais connaissance, à cette époque, que de l’œuvre importante de 1895 de Lorentz mais non des travaux ultérieurs de Lorentz et, pas davantage, des recherches consécutives de Poincaré. En ce sens, mon travail de 1905 est indépendant.»
Témoignage difficile à croire, en raison de la renommée, déjà mondiale, de Poincaré avant 1905. D’autant plus que, selon Etienne Klein, physicien français, Einstein avait proposé en 1902 à l’Académie d'Olympia un débat autour du livre La Science et l’Hypothèse de Poincaré, qu’il avait donc lu avant la rédaction de ses articles majeurs, ouvrage de vulgarisation dans lequel l’auteur déclare qu’il faut renoncer à l'idée d'un temps absolu dans l'univers. C’est l’un des fondements de sa théorie, le pas conceptuel qu’il fallait franchir pour dépasser la mécanique newtonienne.
Ainsi, sans nous tromper, nous pouvons affirmer que Poincaré a précédé Einstein. Cependant Einstein a su, semble-t-il, simplifier cette théorie. C’est en tout cas sa première publication, parce qu’il sent qu’il peut aller plus loin, qui le pousse à travailler pendant dix ans, jusqu’en 1915, à l’élaboration de la relativité générale, théorie étendue de la relativité restreinte. Mais cette fois encore, quelqu’un l’a précédé. David Hilbert, mathématicien allemand, souvent considéré comme l’un des plus grands mathématiciens du xxe siècle, au même titre que Henri Poincaré, présente ses travaux le 20 novembre 1915 à l'Académie royale des sciences de Göttingen. Cinq jours avant Einstein.
En 1997, pourtant, Leo Corry, Juergen Renn et John Stachel révèlent, dans le journal La Science, « un document inédit, annoté de la main même de David Hilbert, qui prouve de façon indubitable la paternité einsteinienne de la relativité générale. » (Selon le journal Le Monde, dans son article « L’honneur sauvé d’Albert Einstein ».) Ce n’est pas l’avis de Winterberg, physicien, qui réfute ces conclusions en 2004, observant que le document publié par Corry et Renn a été déformé pour en faire disparaître un passage essentiel : celui qui montre que l'article original d’Hilbert comprenait l'ensemble de la théorie. Il dénonce « une tentative brute par un certain individu inconnu de falsifier le disque historique. » Il propose son article à La Science, journal dans lequel était paru l’article tentant de laver l’honneur d’Einstein, qui refuse de le publier. Il est donc finalement publié dans la revue allemande Zeitschrift für Naturforschung.
Si nous croyons donc Whittaker et Winterberg, Einstein a plagié Poincaré pour la relativité restreinte et Hilbert pour la relativité générale. Mais malgré cette vérité, et comme le montre le film de Jean-Marc Serelle Einstein et nous, le mythe d’Einstein demeure. Nous pouvons alors nous demander si Einstein est le seul. Dans quelle mesure l’histoire des sciences s’est-elle construite sur des illusions ?
Jules Bernard
Références

  • Augereau Jean-François, « L’honneur sauvé d’Albert Einstein », Le Monde, 21 novembre 1997.
  • Einstein Albert, Articles publiés en 1905 par dans la revue Annalen de physik.
    • « Zur Elektrodynamik bewegter Körper », Annalen de physik (Berlin), vol. 322, n° 10, 1905, p. 891–921
    • « Ist die Trägheit eines Körpers von seinem Energieinhalt abhängig? », Annalen de physik (Berlin), vol. 323, n° 13, 1905, p. 639–641
  • Gruhier Fabien, « Il n’a pas inventé le concept d’Espace-Temps. Einstein plagiaire ? », Le Nouvel Observateur, n° 2074, 5 août 2004.
  • Hladik Jean, Comment le jeune et ambitieux Einstein s’est approprié la relativité restreinte de Poincaré, Ellipses, 2004.
  • Moody Richard, « Albert Einstein, le plagiaire du siècle », Nexus Magazine, vol. 11, n°1, décembre-janvier 2004. Disponible sur http://allais.maurice.free.fr/Einstein.htm (dernière consultation le 20 février 2012).
  • Poincaré Henri, Sur la dynamique de l’électron, 5 juin 1905, suivi du mémoire du même titre, publié le 23 juillet.

5 commentaires:

  1. Selon ses défenseurs, seul Einstein aurait réellement compris la portée de la Relativité, et accrochez-vous, Poincaré n'aurait pas été conscient de l'importance de ses propres travaux ! Poincaré, immense mathématicien aurait écrit sa formule, comme ça, sans savoir ce qu'il fait, et Einstein, lui, éclaire l'humanité car il a compris toute la dimension de la Relativité ! Énorme!

    À coté de Poincaré et Hilbert, Einstein était un piètre mathématicien... après avoir été un mauvais étudiant et un mauvais élève (il rate son bac).

    Cela fait plusieurs années qu'Einstein est en difficulté pour établir les équations de la Relativité Générale, malgré l'aide de Grossman, quand Hilbert propose de leur donner un coup de main... en 3 semaines il torche l'affaire! Et dans un grand sourire rassure Einstein, oui, oui, c'est votre théorie, mon aide ne fut que mineure dit-il humblement.

    Pour évoquer aussi l'humilité de Poincaré, on notera qu'il baptisera "transformations de Lorentz" des équations qu'il a lui-même écrit. Cela dit bien comme Poincaré était impliqué depuis longtemps dans la Relativité Restreinte. La joie de la découverte suffisait largement à son bonheur. Il n'avait pas besoin de la reconnaissance du grand public qui ne comprenait pas ses travaux et ses pairs connaissaient très bien sa valeur. Poincaré fut le dernier mathématicien à maîtriser la totalité des mathématiques! Poincaré était un savant immense, un vrai. Son talent était éclatant, évident. C'était un étudiant hors-norme, sorti 2ème sur 266 dans sa promo à Polytechnique. Bref, le génie de Poincaré n'est pas sujet à caution.

    On se demande si Einstein a réellement écrit ne serait-ce qu'une seule équation ! Interpréter, c'est de la philosophie... et c'est très facile quand on a les équations pour le faire ! Einstein n'était qu'un simple bonimenteur. Quand on creuse, on s’aperçoit qu'il n'a écrit aucune équation ! Il était certainement fasciné par les travaux de ses contemporains. Mais la seule chose qu'il a compris, c'est le prestige qu'il pouvait retirer. Il a joué les savants mais ce n'était pas un génie.

    Enfin, à côté de la mécanique quantique, la Relativité est une théorie bidon qu ne sert pas à grand chose...

    À propos d'Einstein, "l'être humain"...
    Einstein a toujours caché sa première fille handicapée. S'en est-il occupé comme un père?
    Einstein a défénitivement rompu tout contact avec son fils quand il est devenu schizophrène à l'âge de 20 ans. Il a reconnu que sa schizophrénie était d'origine génétique.
    Einstein était atteint d'une malformation du cerveau et il n'a pas parlé avant l'âge de 5 ans
    Il a quitté sa femme pour sa cousine après avoir longtemps exploité les travaux mathématiques de sa femme.

    Ça fait quand même un bon profil tout ça :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces précisions.
      On me dit dans l'oreillette que Pasteur aussi était un grand fraudeur. Pire, il brevetait les inventions qu'il n'avait pas inventé… D'ailleurs, le remède contre la rage ce n'est pas lui… On nous apprend vraiment n'importe quoi dans les livres de Nathan ou à l'éducation nationale (c'est pareil non ?).

      Supprimer
  2. le cas de Béchamp et Pasteur est for édifiant!

    RépondreSupprimer